Actualités

Coup de projecteur sur nos baliseurs bénévoles

Actu Randonnée Publié le 20 Avr 2022

Quand les baliseurs officiels du Comité FFRandonnée Aveyron partent de bon matin sur les chemins, ce n’est pas à bicyclette mais à pied. Ce n’est pas non plus pour y pousser la chansonnette mais pour une mission précise.

Les baliseurs bénévoles se dévouent toute l’année à l’entretien des sentiers de randonnée permettant ainsi aux randonneurs de partir toujours plus loin à la découverte de nouveaux territoires. Avec le printemps ils s’activent davantage, grâce à leurs efforts continus et leurs temps qu’ils mettent au service des itinéraires, les sentiers sont prêts et sécurisés pour la saison sportive.

C’est ainsi que pinceau et faucille à la main qu’ils arpentent les chemins et sentiers de l’Aveyron pour rafraîchir le balisage ou dégager la végétation et ainsi offrir aux randonneurs un stade de qualité.

– Ils sont la cheville ouvrière de l’aménagement et de l’entretien des PR®, GR® et GR® de Pays.

– Ils sont les auteurs des petits traits blancs, jaunes ou rouges qui jalonnent les sentiers de randonnées, ces petits traits permettent aux randonneurs de suivre le bon itinéraire.

– Ils sont 150 baliseurs Officiels de la FFRandonnée à œuvrer toute l’année bénévolement pour remettre en état le réseau des itinéraires sur les quelques 6 500 km de circuits PR, GR ou GR de Pays (décrits sur 23 topo-guides) et ceci en gardant toujours le souci de l’efficacité des marques, la discrétion en pensant au développement durable.

Dans une sacoche, ils ont l’attirail du parfait baliseur, des pinceaux, un sécateur, un grattoir, une lime, un chiffon, un pot de peinture jaune, un autre rouge qu’il utilise sur les arbres… « Nos autocollants sont biodégradables, nos peintures sont à l’eau, sans plomb et biodégradables également ». Le contraire aurait froissé ces amoureux de la nature.

Au-delà de la Charte Officielle du Balisage, les baliseurs, de grands marcheurs, s’appuient sur leur propre expérience pour jauger de l’efficacité et la pertinence d’un marquage. C’est d’abord aux randonneurs qu’ils pensent. « Il faut baliser avec sa tête et pas toujours avec ses pinceaux. Un baliseur doit avoir l’esprit ouvert » ; une bifurcation se présente, et peut prêter à confusion. 

La grande question est de savoir où les poser pour qu’ils soient visibles. Ni trop près les uns des autres, ni trop loin d’une intersection. Et parfois, il faut planter un poteau pour s’assurer de la visibilité de la marque.

Que ces indispensables veilleurs de l’ombre soient tous remerciés chaleureusement car marcher est un moyen privilégié d’évasion, de découvertes et de rencontres et c’est sans doute pour cela que la Randonnée reste cette année encore l’activité de pleine nature préférée des Français.

Chaque usager peut jouer le rôle de suricate et faire preuve d’une éco vigilance active en passant par le site sentinelles.sportsdenature.fr. Les riverains comme les marcheurs sont fréquemment les alliés des baliseurs pour relever des problèmes.